Mouvement social - Retraites en Banlieue Nord Ouest

Les articles que nous faisons paraître dans le blog au fil de l'eau, sont tous compilés ci-aprés pour conserver la mémoire du mouvement : pourvu que ça dure !!!

 

Au 14 octobre 2010

 

Nous relayons ci-après les articles, appels, photos, et films illustrant le mouvement social autour de la contestation de la réforme des retraites.

Ce qui est manifeste, c'est que le mouvement prend de l'ampleur, et que des courants de colère et de protestation rejoignent la principale dynamique anti-réforme.

On sent bien qu'il ne s'agit pas de conetster la forme et les détails de la retraite, mais de contester le pouvoir, le mépris dans lequel il nous tient, les injustices qu'il continue d'entretenir, avec le président des riches à la manoeuvre et le garde chiourme Hortefeux en exécuteur des basses oeuvres.

Le mouvement s'amplifie, mais surtout il se durcit : blocages, fin de manifs musclées avec les flics, raffineries en grève, bientôt rejoints par les routiers. L'intention est d'en découdre, le but, encore inconscient peut-être, faire table rase des profiteurs, législateurs bidons, et capitalistes sans état d'âme. L'intention y est, la mèche est prête : pourvu que ça prenne. 

                              AL 95

 

Argenteuil :

depuis l'excellent site d'Alain Bertho : Anthropologie du Présent

Le 14 octobre 2010

51.jpg

Quarante-cinq personnes ont été interpellées aujourd’hui dans le Val-d’Oise où les forces de l’ordre ont dispersé plusieurs manifestations de lycéens contre la réforme des retraites, a annoncé la préfecture.
Plus de la moitié de ces interpellations (23) se sont déroulées à Enghien, neuf autres ayant été effectuées à Taverny, trois à Argenteuil et autant à Sarcelles, a-t-on précisé de source policière.

Des incidents se sont notamment produits près du lycée Romain-Rolland à Argenteuil, où une source proche de l’enquête a évoqué des attroupements « hostiles » et « les attitudes de casseurs » de certains manifestants. Ces regroupements ont été dispersés par gaz lacrymogènes.

Dans un autre secteur de la ville, une cinquantaine de manifestants avaient été dispersés devant le lycée Jean-Jaurès après avoir jeté des projectiles sur les policiers. 

Vidéos et textes supplémentaires


Argenteuil

Val d'Oise

 

Argenteuil toujours

 

De notre Camarade d’AL ce matin à Argenteuil

SUR LA DALLE ce matin vers 10h , des jeunes manifestants ont été chargés , les forces de l'ordre ont utilisé les flash ball et les lacrymo sans distinction et sans raisons apparentes, aux dires des voisins que j'ai rencontré. Les habitants n'ont pas été ménagés, vieux , femmes avec enfants étaient sur les lieux et n'ont pas été épargnés, il semble qu'une lacrymo ait été envoyée dans le Leader Price.
Tout regroupement de 3 à 5 jeunes, même assis tranquillement est
considéré comme un danger par les CRS qui ne se gênent pas pour les gazer,
Il semble qu'il y avait des jeunes de plusieurs lycées dont Romain Rolland et
J Jaurès 

Les Mureaux

depuis le site d'Alain Bertho : Anthropologie du présent

images des affrontements à Taverny et aux Mureaux

  

 

Le lycéen de 16 ans blessé par un tir de flashball ce jeudi matin à Montreuil (Seine-Saint-Denis) est toujours à l'hôpital ce vendredi après-midi et "risque de perdre un oeil", a rapporté la maire de Montreuil Dominique Voynet (Verts).

 

Versailles

de nos camarades de Solidaires 78  

Communiqué de presse

(crédit photos militant)

Vendredi 15 octobre 2010, mobilisation contre le projet de loi sur les retraites très suivi par les lycéens de Versailles.

Une manifestation de prés de 3000 lycéens des 4 lycées de Versailles, Jules Ferry, Marie Curie, La Bruyère et Jacques Prévert, rejointe ensuite  par les lycéens de Saint Quentin en Yvelines, de Plaisir …

IMG00453-20101015-1135.jpgCommencée à 7h30 au lycée Jules Ferry et après une première provocation policière qui s’est soldée par une arrestation d’un jeune, le cortège de lycéens  a parcouru la ville jusqu’à midi. La jonction avec les lycéens des autres villes s’est faite sur le parvis de l’Hôtel de ville et avec les salariés en grève devant la Préfecture. Repris fortement en cœur,  les slogans demandaient le retrait du projet de loi sur les retraites.

Les salariés de plusieurs secteurs dont Renault Technocentre  et l’ intersyndicale CGT/ FO/SUD appelaient à un rassemblement qui s’est transformée en une manifestation  commune avec les jeunes, de plusieurs milliers de personnes dans le centre ville de Versailles. Nous avons dû déplorer sur le parcours, plusieurs provocations policières, des manifestants ont été gazés aux lacrymogènes et d’autres frappés par des policiers habillés en « robocop », certains outillés du flash-ball. Quelques jeunes ont été arrêtés.

IMG00456-20101015-1139.jpg

L’Union Syndicale Solidaires Yvelines a refusé de participer à la délégation et à une pseudo-négociation avec Madame La Préfète, considérant  que les français ont très fortement démontré et par millions dans la rue, que la seule alternative du gouvernement est de retirer son projet de loi sur les retraites

Ailleurs  
Vidéo du lycéen blessé par un tir de flashball à Montreuil
envoyé par rue89

Divers Banlieue NO

relayé depuis MCE (Ma Chaîne étudiante)

 

Deux proviseurs touchés

Mercredi, un peu avant 9h, la proviseure du lycée Romain Rolland d’Argenteuil (95) a été touchée par un jet de pierre puis transférée à l’hôpital. Les pierres ne semblaient pas dirigées contre elle mais contre la police venue dégagée l’allée encombrée de palettes devant le lycée. 400 jeunes ont ensuite tenté de rentrer de force dans un centre commercial de cette même ville. Sans succès.

Devant le lycée de la Tourelle à Sarcelle (95), une centaine de jeunes ont affronté les forces de l’ordre mercredi matin. Alors que le proviseur faisait entrer des élèves dans l’établissement, il a reçu un jet de gaz lacrymogène. Après une consultation à l’hôpital, il est ressorti avec un traitement pour l’œil.

 

à St Denis

à Meaux

à Epinay

dans le Parisien d'aujourd'hui (15/10/2010)

Journée agitée, hier, dans plusieurs établissements scolaires du département. Des appels à la grève ont parfois dégénéré, obligeant les forces de l’ordre à intervenir. Les faits les plus marquants se sont déroulés au lycée Vaucanson des Mureaux où les policiers ont dû utiliser la force pour déloger des élèves particulièrement excités.
Peu avant 9 heures, alors que les cours se déroulent normalement, une cinquantaine de lycéens manifestent dans les couloirs afin d’appeler leurs camarades à cesser les cours. « Jusque-là, c’était bon enfant. Nous avons demandé aux jeunes de ne rien casser et de manifester dehors. Ce qu’ils ont fait », relate Jean-Jacques Carpentier, le proviseur de cet établissement de presque 600 étudiants.
Les élèves se rassemblent dehors mais, rapidement, cannettes et projectiles commencent à voler en direction de la cour. Puis une trentaine de jeunes, dont certains seraient issus des cités voisines, réussissent à s’infiltrer dans les couloirs du lycée. Ils s’en prennent à des ordinateurs, renversent quelques meubles et bousculent une employée. Face à cette intrusion, le proviseur décide alors d’avertir la police qui, rapidement, fait évacuer l’établissement.
Selon des élèves interrogés, l’intervention aurait été assez musclée. « Des filles ont été bousculées et jetées au sol. Des enseignants qui essayaient de calmer les choses ont même été pris à partie par des policiers », raconte un groupe d’élèves. De leur côté, les policiers disent avoir dû faire face à des individus assez violents qui les ont visés avec divers projectiles. On compte ainsi trois blessés légers dans les rangs des forces de l’ordre. Les fonctionnaires  ont également utilisé des grenades lacrymogènes pour se dégager. « Des passants et des automobilistes ont été pris à partie. Il n’est pas question de laisser les jeunes faire n’importe quoi. Ils doivent faire preuve de responsabilité », répond un gradé. A la suite de ces échauffourées, deux personnes, domiciliées à Mantes-la-Jolie, ont été interpellées. Le calme est finalement revenu en fin de matinée. Une présence policière a été maintenue sur place jusqu’en tout début d’après-midi, mais le lycée Vaucanson est resté calme. Des échauffourées ont également éclaté hier matin aux abords du lycée Van-Gogh d’Aubergenville. Des policiers ont été accueillis par quelques jets de pierre. Un lampadaire a été cassé.
A Plaisir, un lycée a été occupé brièvement par des élèves. Dépêchées sur place, les forces de l’ordre n’ont pas eu besoin d’intervenir, le rassemblement s’étant déroulé dans le calme.

 

Le Flash-ball : portrait du flic en bourreau d'enfants

Posons nous la question avec Le Monde, photos et films à l'appui:

Que vient faire un tir de Flash-Ball dans une manifestation lycéenne ?

 

Communiqués et solidarités


Le collectif unitaire de défense des retraites du Mantois et côteaux
du Vexin soutient les initiatives locales qui vont dans le sens du développement de la mobilisation.
Nous appelons notamment à participer massivement au rassemblement puis à la manifestation samedi 16 octobre 10h devant le palais de Justice de Mantes la Jolie, sur le thème "Retraites, pas un euro de moins pas un jour de plus!"
Nous appelons aussi à aller à la grande manifestation parisienne de
l'après midi qui doit être un nouveau succès.
Après les succès des dernières journées de grèves et manifestations, la multiplication d'initiatives locales et interprofessionnelles permettent d'ancrer le mouvement au plus près de population, de la jeunesse, dans l'unité la plus large , preuve de la détermination à faire reculer le gouvernement sur cette loi injuste et inégalitaire.

Et c'est possible! Tous dans la rue !

 

SAMEDI 16 OCTOBRE 2010 - RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE À
10H et MANIFESTATION DANS MANTES-LA-JOLIE À 10H30 - parcours prévu:

_PALAIS DE JUSTICE - AVENUE DE LA RÉPUBLIQUE - RUE GAMBETTA - RUE
THIERS - RUE NATIONALE - PLACE DU MARCHÉ AU BLÉ - RUE DE CHANZY (LIEU
DE DISPERSION)

 

 

A RELAYER : CGT Educ'action 

Cher-e-s collègues et cher-e-s camaradeslogo-cgt-Educ-action.gif

Suite à la répression du mouvement lycéen, nombreux sont nos
élèves qui ont été violentés, frappés ou touchés par des
flashballs. Pourriez vous recenser les élèves touchés ? et les encourager très
fortement à aller voir un médecin afin de faire constater les coups et blessures ?

Les élèves majeurs et les parents des élèves mineurs . Nous vous conseillons de ne pas le faire auprès du commissariat, étant donné qu'ils sont eux mêmes partie prenante; il est fortement conseillé de faire ce dépôt auprès du parquet de Pontoise. Nous vous enverrons très prochainement un modèle type de lettre.
Afin de médiatiser ces violences, nous projetons de faire un dépôt auprès du Parquet à Pontoise, en présence des plaignants, d'un avocat, de représentants syndicaux et tous les collègues, parents et citoyens souhaitant soutenir l'action. Nous vous tiendrons informés des suites.
  CGT Educ'action

 

Solidarité de la CNT éducation

cnt-fte.png

La FTE-CNT exprime son indignation face aux violences subies par les
lycéen-nes dans les mobilisations en cours contre la réforme des retraites.

Montreuil, Saint-Nazaire, Lyon, Dijon, Argenteuil, Chambéry, Nîmes,
Créteil, Lille, Lens, Rennes... ont été le théâtre de violences  volontaires et systématiques de la part des forces de l’ordre. Le gouvernement ne se contente pas de faire la sourde oreille aux revendications d’une grande partie de la population ; de ce mépris, il est passé à la violence brutale pour mettre un terme à la contestation, et les jeunes en sont les premières victimes.
Une fois de plus, nous dénonçons ce climat répressif et nous insistons  sur le fait que nous ne céderons ni à la violence ni aux intimidations. Nous renouvelons l’appel à la grève reconductible et aux manifestations pour défendre nos droits. La FTE-CNT réitère sa solidarité avec tous les lycéen-nes et étudiant-es victimes de violences.

contact : 06.78.88.82.37

 


Au 17 octobre 2010

 

Encore des photos et des infos des camarades syndiqués, militants du Val d'Oise et Val de Seine :

 

Le 16 octobre 2010 16:29, Philippe MMtes-16-oct-2.JPGorice  a écrit :

Ce matin la manif dans Mantes ( environ 150 ) avec des gens différents du 2 octobre et pas mal de salarié-es des secteurs en lutte sur le coin  : cheminots Sud rail et CFDT du dépôt de Mantes , salarié-es et syndiqué-es CGT  EDF Porcheville,  des enseignants, des citoyen-nes, des jeunes …
Une bonne dynamique jusque devant les locaux de l’UMP dont le rideau de fer a été redécoré sous les yeux de militants UMP énervés face à des  manisfestant-es reprenant en cœur UMP Union des Maffieux Profiteurs.
A l’occasion du rassemblement devant le Palais de Justice, l’intervenant de Sud rail a proposé une  rencontre en assemblée générale avec les secteurs en luttes,  les différentes organisations qui le souhaitent,  afin de se rencontrer de se coordonner,  de dynamiser la mobilisation sur l’agglomération et de préparer des initiatives en commun.
Cette proposition a semble t-il recueilli l’assentiment général.
Cette première rencontre se tiendra dans  les locaux communs  des syndicats de cheminots à Mantes la Ville lundi soir à 18h00 rue des deux gares
Cette proposition va dans  le bon sens, c’est ce qui se faisait en 2003 au moment des AG interpro à la salle de Limay par exemple.
Actuellement ce type de rencontre fait défaut, c’est clair.
Par exemple à la centrale EDF Porcheville  c’est par l’intermédiaire d’un collègue  parent d’élève qu’on a appris que le LEP de Porcheville avait fait grève reconductible pendant 3 jours et c’est en passant devant le dépôt Total qu’un syndiqué a vu une banderole CGT et qu’on a appris qu’ils étaient en grève reconductible depuis plusieurs jours. Alors qu’on est dans 1 rayon d’un kilomètre.
On va pas rester enfermé chacun-e dans son coin.
Il y des AG EDF Porcheville, des AG Cheminots Mantes, des AG enseignants  des AG militant-es CGT, des AG Sud éduc CNT, des AG FSU… c’est bien, mais tous ensemble de temps en temps c’est mieux.
La période actuelle  avec l’offensive Sarkozienne de destruction et la mobilisation que nous connaissons : insolite, large, à un niveau jamais vu depuis longtemps avec un  mouvement  qui dépasse décembre 95 ou  2003  avec  la participation du privé, les manifs  monstres,  l’entrée des jeunes, la légitimité populaire… nécessitent que nous sortions des sentiers battus, que nous  arrivions à dépasser nos préjugés, pour faire grandir le mouvement social dans la région mantaise, pour le rendre plus efficace et aussi pour se parler dans  le respect des positions mutuelles.
Car ce que nous voulons tous c’est gagner contre Sarko

 

Des News de Compiègne


Ici nous sommes chez les Conti ; tous ceux que nous connaissons étaient là .

Ambiance pneus brûlés : devant la mairie et la gare la fumée noire est entrée à l'intérieur de la mairie à la grande joie des manifestants (le maire UMP se trouve être le rapporteur du dossier retraite - ça tombe bien !).

Au moins 1500 personnes à Compiègne . Plus généralement dans l'Oise 3 milieux de manifs en dehors de Compiegne, Creil et Beauvais.

Ici, la CNt se recontitue et monte à 30 personnes et le NPA local est constitué d'anciens de la CNT locale.

Et c'est bon pour le commerce, car  la concurrence est rude entre les militants :  6 journaux vendus à Noyon cette semaine contre 17 pendant la manif et 900 tracts diffés + 400 autocollants !

Faut pas mollir, ça continue la semaine prochaine.