Démocratie à la sauce hollandaise

Publié le par AL 95

Pour 4 personnes, la sauce hollandaise c'est :

- 200 g de beurre
- 3 jaunes d'oeufs
- 1/2 citron
- sel, poivre

 

Reprenons. La démocratie sauce Hollande c'est  :

200 g de beurre  : pour faire passer les saloperies sans douleur.

Par exemple au moyen de discours lénifiants pré-électoraux où il est question d'humanité et de social, et de respect et de non mélange des genres entre pouvoir et argent, entregent et projets de construction, etc. "Moi, président..."

Les 3 jaunes ce sont Hollande, Ayrault et Valls (Montebourg aussi et Duflot itou, mais bon, ils ne sont pas entièrement concernés ici.)

Un demi citron pour la soupe à la grimace, c'est bien assez : on la trouvait  déjà saumâtre sous Sarko-la-trique, on la trouve pas mieux sous Valls-sans-hésitation.

Sel et poivre, c'est à quoi on chargeait d'antan son bon vieux fusil de chasse pour faire déguerpir les malotrus et autres voleurs de cerises.

On est passé au flashball : celui qui défigure, crève les yeux ; et aux grenades, de celles qui laissent des éclats à vie dans uen trentaine  de corps de militants.

Et c'est là qu'il fallait arriver :

Quelques milliers de cathos dans les rues et on retire le mariage homosexuel

Quelques sourcils levés à Bruxelles, et en avant pour la libéralisation à marches forcées à grands coups de traités anti-démocratiques présentés à aucun peuple, validés par aucun vote sinon celui d'experts technocratiques grisâtres et européens.

Ca tousse toujours sur la politique européenne et la Grèce ? Qu'à cela ne tienne accueillons à l'Elysée Samaras,  premier ministre grec qui déclare : "nous devons écarter les immigrés de notre pays, ils sont devenus la nouvelle tyrannie".

Pareil à Florange : Ayrault désavoue Montebourg qui n'aurait pas fait grand chose en dehors de mouliner des membres supérieurs, mais du coup, ce retour sur ce qui n'était évidemment qu'une pseudo-nationalisation a bien un arrière goût de franche trahison de la classe ouvrière. Du Sarko on vous dit : tout comme.

En revanche, il est hors de question que la chienlit ait gain de cause à Notre Dame des Landes : l'Ayraultport passera ! Les écolos ne passeront pas . Nous, faire machine arrière devant une poignée d'anars mal coiffés ? C'est mal nous connaître !

Le gouvernement français, prêt à toutes les reculades au moindre forcissement du vent, n'hésite pas à matraquer du gauchiste et à casser du paysan.

Expliquons : les reculades c'est parce qu'il y a des cas de force majeure et des évolutions conjoncturelles. Les gauchistes, c'est une constante. Avec une bonne propagande et une commission ça va passer sans problème (confère le beurre plus haut.

Cette commission c'est pour enquêter. sur ... Mais non, la commission ce n'est pas pour enquêter sur quoi que ce soit.

A notre Dame des Landes, la commission post-cassage de militants et agriculteurs, c'est pour rééxpliquer le projet aux ceusses qui comprennent pas depuis vingt ans, que le projet doit se faire au nez et à la barbe du populo.

Parce que l'Ayraultport est un projet tellement en pointe qu'il traîne dans les cartons depuis des lustres. C'est dire si c'est le moment de le faire passer : ça ne peut plus attendre.

C'est ça la démocratie sauce Hollande :  le sarkozysme à visage humain. On te tape, mais avec humanité, on t'enfume comme un lapin dans sa garenne, mais avec componction et rondeur. C'est le libéralisme patelin, la brutalité bonnasse, la société policière benoîte.

Ce qui ne peut plus attendre c'est la mobilisation pour prêter main forte aux camarades sur place dont on sait qu'ils sont sous le coup d'une attaque prochaine des poulets et pandores pour faire table rase de la ZAD.

Solidarité toujours, et disons le bien fort : nous n'avons jamais eu confiance en Hollande, ni dans le PS. Nous avions raison.

AL 95/78

Publié dans Luttes nationales

Commenter cet article