Défendons nos libertés contre l’ordre moral

Publié le par AL 95

 

 antifa-marteau.gifDepuis deux mois le courant catholique intégriste fédéré par l’Institut Civitas mène campagne contre des pièces de théâtre qu’il juge « blasphématoires ».
Epaulé par des groupes violents, racistes, antisémites et hostiles aux musulman-e-s comme le GUD, le Renouveau français ou l’Action française, il s’efforce de perturber la représentation de ces pièces par tous les moyens (intrusion dans le Théâtre de la Ville et agressions de spectateurs, prières de rue, utilisation de moyens de sonorisation puissants comme à Toulouse…).
Après s’être attaqué à Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci, il s’en prend à Golgotha pic-nic de Rodrigo Garcia. Il ne compte pas s’en tenir là puisqu’un des porte-parole de Civitas a annoncé fin octobre qu’il contesterait toutes les œuvres qu’il juge « blasphématoire ».
Ces catholiques intégristes veulent une France et une Europe « chrétienne et qui le reste » comme ils l’ont déjà déclaré, c’est-à-dire une société raciste débarrassée de ses migrant-e-s et où la religion occuperait une place centrale. 
  
L'extrême droite constitue une menace à la liberté de création et d'expression. A chaque fois qu'elle a dirigé une ville ou un état, elle s'est employée à interdire des spectacles et à retirer des bibliothèques des ouvrages contraires à son idéologie, voire à les brûler.
Dans le cas présent, nous savons bien que ces mouvements veulent avant tout occuper la rue pour propager leur idéologie de haine et d'intolérance, en utilisant au besoin la violence afin d'intimider celles et ceux qui pensent autrement. C’est ce qu’ils ont fait en 1989 en incendiant le cinéma qui diffusait La Dernière tentation du christ de Martin Scorcese à Saint Michel.
 
Face à cette offensive violente et coordonnée :
-          Nous récusons l’usage de la notion de « blasphème », terme d’un autre âge qui vise à interdire de fait toute critique rationnelle de la religion et à en faire un délit afin d’obtenir la soumission des populations à un ordre autoritaire et obscurantiste ;
-          Nous dénonçons une stratégie d’un groupe de pression affilié à l’extrême droite qui vise à faire reculer les libertés et les droits dans tous les domaines (contraception, IVG, liberté sexuelle, programmes scolaires, culture…) contre les jeunes, les femmes et les travailleurs-ses ;
-          Nous rejetons également avec la plus grande fermeté un discours identitaire stigmatisant les migrant-e-s, dénigrant les artistes et les enseignant-e-s, mais aussi visant à affaiblir la séparation des églises avec l’état. Cela relève d’une stratégie de diversion et de division des travailleuses et travailleurs afin de pouvoir les écraser par des politiques d’austérité et de destruction de leurs droits. Le pouvoir actuel, la droite et l’extrême droite se partagent largement cette responsabilité. En laissant l’extrême droite perturber plusieurs spectacles, voire même en lui apportant une protection policière, le pouvoir contribue à bafouer la liberté de création artistique.
 
Face à ces menaces et à une volonté de s’approprier l’espace public, nous appelons les jeunes, les femmes, les travailleurs-ses, les artistes et créateurs et plus largement la population parisienne à se mobiliser fortement pour faire échec au danger que représente l’extrême droite en participant
à la manifestation
Dimanche 11 décembre
A partir de 15 h00, place du Châtelet
 
Premiers signataires : Action antifasciste Paris banlieue, Les Alternatifs, Alternative libertaire, Fédération anarchiste, Nouveau parti anticapitaliste,
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

AL 95 14/08/2012 22:16


Comme nous sommes des gens bien élevés, nous allons nous fendre d'une rapide réponse pour qu'il ne soit pas dit que nous traitons par le mépris les communications qui nous osnt faites : si les
prémisses d'une argumentation sont faux, le raisonnement a toutes les  chances de l'être aussi. Question de logique.


Explications : nous sommes libertaires, c'est à dire anarchistes. En tant que tel, nous n'interdisons rien, pas même de croire en Dieu. Mais si vous tenez absolument à nous contrer, il faudrait
le faire sur notre projet de société, qui ne tient pas que dans un "anti" quelque chose, mais bien dans une construction positive d'uen société humaine, pour les humains.


Votre raisonnement s'engage de la manière suivante :


Ce refus de soumission est une marque de fabrique de votre mouvement libertaire. Vous le revendiquez, vous en êtes fiers car vous pensez
qu'il vous rend libre. Or il n'est que la perpétuation du combat multi-millénaire de Satan et de sa clique mensongère contre l'ordre de Dieu.


C'est vous qui le dîtes. et c'est là que le sprémises sont faux : nous sommes matérialistes, et notre éthique est construite sur l'homme et
non sur Dieu. Pas de Dieu, pas de Satan. CQFD comme disait Spinoza. Pas de pêché, pas de faute, pas de culpabilité, pas d'au-delà.


Fin du raisonnement donc.


Une dernière pour la route : il n'y a pas que le christianisme dans sa version romaine et apostolique au monde. Vos affirmations péremptoires
n'engagent, désormais (maintenant que le procès de l'Eglise et de ses crimes contre l'humanité en général, et contre le quotidien de ses propres émules a été fait) que vous et ne constituent
plus un argument. Aussi affirmatif et péremptoire que vous soyez.


Pour la dernière fois, si c'est pour nous asséner des poncifs éculés sur la valeur supérieure de l'Eglise chrétienne de Rome sur la pensée
politique libertaire, abstenez-vous, comme vous ne manquez pas de le faire sans doute en guise de contraception... nous enlèverons désormais vos commentaires. Et comme aurait pu dire
Léo Ferré, vous avez les salutations de Satan (nous lui préférons plutôt Lucifer le "porteur de lumière" mais bon)


AL 95

Cravero 12/08/2012 14:03


Partie 2/2



Il est vrai qu'il y a chez quelques cathos tradis un côté "catho identitaire" qui peut rebuter. Dans leurs tenues, leurs discours
nostalgiques du passé, … Or le catholicisme est universel par définition et les cathos doivent être à l'aise aussi bien avec les "bourgeois" qu'avec Mohamed le boulanger du coin de la rue …
Parce que la France du 21ème siècle a changé, le catho doit apporter des solutions du temps présent au lieu de "copier-coller" un modèle du passé. Mais ce sera toujours selon un ordre où la
vérité de Dieu n'est jamais bien loin, ne vous en déplaise ...



 



Il est vrai aussi que sur certaine question comme l'avortement, il ne suffit pas d'être "contre" ; il faut surtout insister sur la prise en
charge de la détresse bien réelle de nombreuses femmes trompées par une sexualité vide de sens, lorsqu'il ne s'agit pas de viol. Au lieu de financer des plannings familiaux qui "obligent" à
avorter, avec parfois de fausses signatures de médecins pour passer outre les délais légaux et avec des discours ineptes du type : "il n'y a enfant que s'il y a "projet parental"" (sinon c'est
poubelle ?). On ne rajoute pas à une détresse davantage d'horreur. Le discours des anti-IVG doit mieux revendiquer des aides et des structures d'accueil pour que les femmes n'aient pas à faire
un choix malheureux qui les "travaillera" toute leur vie.



 


 



En définitive, je crois que l'athéisme ambiant reste encore "vivable" car il y a encore l'inertie de la culture chrétienne, mais dans
quelques dizaines d'années, nous vivrons au rang des pires barbares. L'allure et la désespérance de beaucoup de jeunes semblent malheureusement accréditer cette thèse.



 


 


En espérant vous avoir intéressé.


Bonne route camarade.


 


 


Un conseil de lecture : "Je me suis converti à St Nicolas du Chardonnet", édition Clovis. On y rencontre des témoignages d'anciens "écorchés vifs" libertaires. Petit livre, assez stupéfiant.


 


 

Carvero 12/08/2012 14:02


 


Pour info, c'était ça le mail de "signit" :


Partie 1/1 :



Vous posez très justement la question de l'origine du "désarroi moderne" et me citez quelques CAUSES selon vous. Or je les vois plutôt comme
des CONSEQUENCES d'une cause autrement plus générale : le refus d'une soumission à l'ordre voulu par Dieu, décliné dans divers domaines.



 



Ce refus de soumission est une marque de fabrique de votre mouvement libertaire. Vous le revendiquez, vous en êtes fiers car vous pensez
qu'il vous rend libre. Or il n'est que la perpétuation du combat multi-millénaire de Satan et de sa clique mensongère contre l'ordre de Dieu. Il détruit et ne construit rien. Vous êtes des
"anti" : anti facho, anti Sarko, anti capitalistes, anti bourgeois, anti catho, … C'est bien mais ça ne suffit pas pour bâtir une civilisation. Beaucoup de vos constats sont justes et votre
soif de justice n'est pas illégitime, bien au contraire. Mais pour vos solutions, vous refusez obstinément de tenir compte de l'ORDRE dans lequel s'inscrit toute chose : refus d'un ordre
naturel, refus d'un ordre surnaturel, refus d'un ordre moral, refus de toute autorité humaine, … Comment construire une société quand on ne reconnaît rien qui engage sa volonté (vous dénigrez
cela avec votre terme "soumission") ? Votre liberté absolue détruit, à commencer par vous-mêmes, comme un ado en pleine crise qui se croit maître parce qu'il a dit "merde" à ses parents, alors
qu'il n'est qu'un minable qui s'ignore.



 



Vous pensez être les seuls à soulever les multiples questions sociales que vous évoquez. Mais cela fait bien longtemps que l'Eglise, à la
suite du Christ, a écrit et agi, en précurseur des ONG modernes : hospices, écoles, conférences St Vincent de Paul, beautés accessibles à tous (telles les cathédrales libres d'accès, loin de
l'art contemporain pour "initiés" !), etc. Et la justice sociale dans l'entreprise ? Lire l'admirable encyclique "Divini Redemptoris" : non content de démonter le mécanisme du communisme, elle
apporte un éclairage concret pour pacifier les relations patrons-salariés.



Et les enfants des cités ? Regardez par exemple Riaumont ; comment cette œuvre a "sauvé" des enfants réputés perdus des cités. Voyez comment le sens de Dieu a remis dans le cœur et l'âme de
ces enfants l'ordre après le désordre. La plupart des fonctionnaires, même les plus marxistes, ont été obligés de reconnaître les bienfaits de cette œuvre.


 


La femme ? Vous en détestez son modèle chrétien car elle doit être "soumise" à son mari. Mais outre la nécessité d'un chef dans toute communauté (famille, entreprise, Etat, etc.), vous oubliez
bien vite que le mariage chrétien est une relation à 3 : l'homme, la femme … et Dieu. Et que dans l'épître de Saint Paul, l'exigence demandée à l'homme d'aimer sa femme est aussi grande DEVANT
DIEU que l'exigence qui est demandée à la femme de se soumettre à son mari. Et que le résultat est cette magnifique complémentarité de rôles, divers, mais tendus vers un même objectif (Dieu) qui
transcende les égoïsmes qui "cassent" le couple. C'est la même chose pour le salarié qui "se soumet" à son patron, aux citoyens à l'Etat, … Il n'y a de réelles diversités d'actions que s'il y a
une unité vers un Dieu qui oriente vers ce qui est beau, bien et vrai, sinon c'est la perpétuelle lutte de classes, véritable sceau de la haine de Satan. Sans Dieu, vous auriez raison, toute
soumission n'aurait pas de sens.


Vous préférez la femme 'libérée", mais même chez certains non-cathos, ce modèle est vu comme un fardeau : métro-boulot-dodo, supporter le même patron et parfois les mêmes collègues, avec moins de
présence auprès de ses enfants, ce n'est pas si épanouissant et ça bouscule l'"instinct maternel" (oui, je sais, vous bannissez cette expression).


 


 



Alors bien sûr, je vous entends m'interrompre : "et la face sombre" ? Les tortures, les massacres, les Croisades, les collusions avec
certains gouvernements, les vices de certains clercs, etc. ? Au-delà d'une histoire révisée par les marxistes qui ont libre cours depuis un demi-siècle relayés par la désinformation de la
presse, il est évident qu'en 2 millénaires de christianisme on trouvera facilement des horreurs parmi les peuples chrétiens. Mais beaucoup sont générées par de basses manoeuvres politiques
plutôt que par du zèle religieux (cf. conflit israélo-palestinien par exemple).



Alors bien des catholiques ont eu des vies scandaleuses. Oui, car l'Homme (catho ou pas) porte une tare qu'on appelle le péché originel, ce mal qui entraîne vers le bas si nous ne faisons pas
d'effort (désolé M. Rousseau). Les hommes, mêmes chrétiens sont malheureusement pécheurs et commettent des actes mauvais. Mais il ne faut pas confondre l'hôpital et les malades qui s'y trouvent.
Le Christ et son Eglise nous donnent les moyens de nous dépêtrer des conséquences du péché originel, tandis que l'athéisme (et son corollaire le laïcisme) nous y enferment lamentablement !


D'ailleurs, en 80 ans, les dictatures athées (nazisme, fascisme, communisme), ont largement rattrapé leur "retard" en horreurs.


 


 



Il me semble que le vrai progrès n'est pas tant économique, social ou autre, mais il passe d’abord par la "réduction" du péché originel.
Encore faut-il prendre les moyens. Alors oui, la morale catholique est exigeante mais c'est la seule à engager notre être le plus profond. Le Christ jugera nos actes sur nos intentions
profondes ; il veut notre coeur et pas simplement respecter des gestes "extérieurs" comme dans d'autres religions.



Les hommes ont toujours rêvé de se passer d'une telle morale et de construire une paix "facile" dans le monde. Aujourd'hui encore, combien de gens s'activent pour la paix, pensant que changer le
contexte (les cités, les barres d'immeuble, la faim, la fracture numérique, …) apporterait une paix durable. C'est prendre le problème à l'envers. Il faut changer l'homme au plus profond de son
être spirituel pour pouvoir lui faire bénéficier des progrès "matériels". Les missionnaires ont témoigné des progrès considérables des villages nouvellement convertis, au niveau politique,
social, économique, scientifique, en apportant simplement la

Fábio 21/02/2012 18:53


We are a group of students who fought against the dominant thinking and


       conflicts took place in 2011. what became known as "FICACEU" unfortunately, were crushed by the oppressive forces. some students were corrupted, three went crazy, two
are missing. I've been suffering homophobic attacks at the university ....

fabio 14/01/2012 21:51


universités brésiliennes à l'effondrement


http://ficaceu.blogspot.com/

AL 95 29/01/2012 20:28



muito obrigado camarà.


Vocé fala inglès ? Thanks very much for the video footage, but we'd really like to know more. what happened, when, who are you guys, etc?


if you're in the middle of a violent fight against the militias we'd be happy to relay the info in our French monthly paper, but also tell our brasilian comrades ( anarchist) about it so they
might be of use.


 


Let us know about it.


Solidarity


Cuervo - AL 95